Vous souhaitez des renseignements sur le raccordement au réseau de chaleur ? Contactez-nous

Nos Engagements

Les enjeux des villes de demain

L’urbanisation progressive a bouleversé les équilibres économiques, sociaux et écologiques au niveau mondial. D’un côté, les villes puisent dans les ressources naturelles, impactent la biosphère, contribuent fortement au réchauffement climatique et modifient ainsi l’équilibre environnemental de la planète. D’autre part, principaux lieux de vie des hommes, elles posent des problématiques sociales, en termes d’intégration, d’égalité, de santé et de qualité de vie. Trop souvent réduites à leurs dimensions technologiques ou architecturales, les villes de demain ont comme enjeu majeur d’être un lieu de vie durablement agréable pour leurs habitants.

  • L’aménagement urbain durable, l’enjeu des villes de demain.

L’aménagement urbain durable consiste à intégrer les aspects environnementaux, économiques et sociaux dans les projets de développement des villes. Ceux-ci doivent s’inscrire dans l’organisation même des villes, en tenant compte des caractéristiques du territoire, des infrastructures de transport, des services collectifs, des typologies d’habitats, et des perspectives d’évolution de la population.

En France, le Plan Climat Energie Territorial est un programme territorial de développement qui a imposé aux communes de plus de 50 000 habitants d’adopter avant fin 2012 un plan visant deux objectifs : la réduction des émissions de gaz à effet de serre et l’adaptation de leur territoire au changement climatique.

  • Des besoins croissants en énergie

Face à l’accroissement des populations urbaines, et par conséquent la densification des logements et des infrastructures collectives (transports, bâtiments publics, équipements collectifs), l’augmentation des commerces et des entreprises, les besoins en énergie et en eau se sont également considérablement accrus conduisant les villes à consommer les ressources naturelles et à produire en retour des déchets et des rejets en masse de gaz à effet de serre.

  • La réponse des réseaux de chaleur et réseaux de froid

Un bouquet d’énergies diversifié s’appuyant sur des énergies locales moins carbonées, plus compétitives et sur la complémentarité des sources d’énergies liée à la diversité des besoins, apparait comme une solution réelle et sérieuse en réponse à l’impérative transition énergétique des villes.

Etre acteur de référence de la ville durable

Les réseaux de chaleur constituent un vecteur majeur d’utilisation des énergies renouvelables et de récupération, ils contribuent activement à la lutte contre le réchauffement climatique et permettent de réduire la consommation et la facture énergétique. Soccram accompagne les collectivités qui s’engagent dans la transition énergétique.

  • Valoriser les énergies renouvelables et locales

Les réseaux Soccram produisent une partie de plus en plus importante de leur chaleur à partir d’énergies renouvelables et de récupération, et contribuent activement à la lutte contre le réchauffement climatique en émettant bien moins de CO2 qu’un équipement en chaudières individuelles sur un territoire équivalent. 

Le bouquet énergétique varie d’un réseau à l’autre selon son implantation géographique. Il exploite au mieux les ressources locales (essentiellement géothermie et biomasse) ou les énergies de récupération (chaleur issue de la valorisation énergétique des déchets).

Ces solutions limitent le transport et la consommation des énergies fossiles et contribuent à la préservation des ressources naturelles de la planète.

  • Accompagner les collectivités locales dans la transition énergétique des villes

Soccram accompagne les collectivités qui s’engagent en faveur du développement durable. Ses experts étudient, conçoivent, financent, construisent, exploitent, améliorent et pérennisent des réseaux de chaleur ou de froid au service de leurs usagers. 

Ressources de proximité, géographie urbaine, configuration du réseau, ambitions de la collectivité, les réseaux de chaleur  s’adaptent à chaque environnement avec une solution sur mesure.

L’installation de chaufferies bois ou de puits géothermiques au cœur des réseaux prévoit une architecture intégrée au paysage urbain, génère des activités et des emplois locaux non délocalisables, et contribuent ainsi à l’attractivité du territoire.

  • Sécuriser le prix de l’énergie et maîtriser le coût global

Le recours majeur aux énergies renouvelables et de récupération dans le mix énergétique, permet de décorreler les prix de la chaleur des prix volatiles des énergies fossiles. Il assure également aux usagers des réseaux de chaleur de bénéficier d’un taux de TVA à 5,5% sur l’ensemble de la facture.

Les usagers n’ont plus à prévoir d’opérations et de coûts de maintenance ou de renouvellement des équipements puisque les installations sont gérées directement par les équipes du réseau de chaleur.

Développer des réseaux intelligents au service de l’efficacité énergétique

Pour améliorer l’efficacité technique et énergétique de ses réseaux de chaleur, Engie Réseaux conçoit des systèmes innovants au niveau de la chaufferie, du réseau, des sous-stations et enfin de la supervision de l’ensemble.

  • La prévention assistée de l’entretien du réseau

Un système breveté Réseaulution qui, après un état des lieux du réseau réalisé à l’aide d’une caméra thermographie infrarouge, permet de  programmer des campagnes de maintenance préventive. Cette gestion par anticipation aide à la maîtrise des coûts d’entretien et génère des économies sur les consommations.

Par ailleurs, un Système d’Information Géographique, SIG, gère et analyse les données techniques du réseau et permet la surveillance de travaux de tiers à proximité du tracé du réseau.

  • Des outils de pilotages efficaces et innovants

Les nouvelles technologies de l’information et de la communication permettent d’offrir des outils toujours plus performants dans la surveillance et le pilotage des équipements.

Par exemple, des interfaces dynamiques qui permettent aux clients de suivre les consommations multi sites des fluides. Des automates dans les sous-stations qui collectent les données utiles pour améliorer la performance du réseau : encrassement des échangeurs, surveillance de l’eau chaude sanitaire, alerte sur la puissance souscrite. Ou encore, un système qui lisse les pointes de consommation en diminuant les capacités de production quand c’est nécessaire.

 

Certifier les réseaux : qualité, sécurité, environnement

Les normes ISO 9001 et 14001 fixent les exigences pour mettre en place un système de management respectivement qualité et environnemental, c’est-à-dire une organisation de l’entreprise orientée sur la satisfaction du client et le respect de l’environnement.

Ces normes imposent une amélioration continue, par la mise en place de contrôles appropriés aux activités de Soccram et une organisation bien structurée. Elles définissent des exigences sur l’engagement de la Direction de l’entreprise, sur la sauvegarde des acquis, sur le suivi de la performance, sur la maîtrise des situations d’urgences…

Le fait d’être certifié implique que l’entreprise est capable de démontrer son aptitude à fournir un service conforme aux exigences de ses clients (ISO9001), qu’elle respecte la réglementation applicable à ses activités, et qu’elle maîtrise les impacts de ses activités sur l’environnement (ISO14001). 

La certification est une garantie de sérieux pour l’entreprise et ses partenaires. Un organisme agréé par le COFRAC valide chaque année la pertinence du système mis en place.

  • Le réseau de Reims est certifié ISO 9001.
  • 36 réseaux d’Engie Réseaux sont certifiés ISO 9001
  • 21 réseaux  d’Engie Réseaux sont certifiés ISO 14001
  • 21 réseaux ont la double certification